Souscrivez à notre newsletter !

Adieu oncle Ho!

jeudi 10 février 2011

Quelques jours à Ho Chi Minh City et c'est la fin du voyage au Vietnam!


Le choc a été un peu rude : après le calme de Phu Quoc, nous voici dans l'animation de la capitale.
La ville porte encore des traces de la colonisation française comme la Poste, la Cathédrale Notre-Dame, ou encore l'hôtel emblématique Le Majestic. On reconnaît l'architecture française, et je dois avouer que cela fait du bien!


Il ne faut pas plus de deux jours pour tout voir : entre vestiges coloniaux et histoire de la guerre, la boucle est bouclée.
La guerre, les vietnamiens en parlent dans un musée : le musée des Vestiges de guerre. Il s'agit assez simplement d'une grande galerie de photos choquantes. Malheureusement, on n'y apprend pas grand chose sur cette période noire.

Le reste du temps nous a permis de flâner dans les rues et d'apprécier la vie locale. D'ailleurs, on tient à parler d'un musée très intéressant : le musée d'Art moderne situé dans un vieux bâtiment colonial. On se retrouve au calme, au frais, loin de l'agitation et des groupes de touristes! Un bon moment passé la-bas!

Assez blablater, maintenant on se met à table : Saigon, touche finale du périple au Vietnam, ne nous a pas plu tant que ça, et reflète bien notre sentiment général à l'égard de ce pays! (ce qui fera l'objet d'un post en particulier)

Il faut savoir que pour les "saïgonnais" de la rue, les touristes ne sont que des billets de dollar. Et la question est : qui aura le billet ? Ainsi tout les racoleurs, rabatteurs, taxis, tuk-tuk, etc, mettent une énergie folle à nous harceler pour nous vendre quelque chose (généralement inutile).
Autant dire qu'une balade en ville peut vite devenir épuisante : "no thank you" au début, "....." à la fin, sans oublier de ne JAMAIS les regarder dans les yeux car ils pourraient y voir une once d'intérêt à leur business! J'ai du faire l'erreur une fois, deux fois mais pas trois!

Hormis les harcèlements, le plus gros défaut de Saigon c'est sa circulation chaotique et ses nombreux scooters!
Et oui, le scooter est roi au Vietnam, on vous l'avait dit. Comme il paraît que marcher c'est pour les pauvres, tout le monde doit en avoir un! Aberration quand on voit des gens pauvres accoudés eux aussi à un scooter... En fait, qui n'a pas de mob' au Vietnam ?
Bref, si les scooters étaient sur les routes je n'y verrais pas d'inconvénient, mais à Saigon on les retrouve aussi sur les trottoirs et pas forcément à l'arrêt! Quelle galère!

video

Quant à la circulation, c'est une horreur : un saïgonnais ne peut pas concevoir d'être à l'arrêt sur la route (d'où la circulation sur les trottoirs en cas de bouchon...)! Traverser une rue peut parfois être dangereux, même si on s'en sort toujours très bien au final.

Avec tout ça, ajoutez une bonne dose de pollution et le tour est joué! On cherche assez vite à se réfugier dans les musées, librairies, malls, cafés pour récupérer un peu.


Je ne peux pas publier ce message sans que Florence vous raconte une bonne anecdote de ce séjour à Saigon, je lui laisse la plume :

Alors, pour ceux qui suivent régulièrement nos aventures, vous vous souvenez certainement du très mauvais temps que nous avons eu durant les 2 premières semaines de voyage (notamment à Hanoi...). A ce moment là, Guillaume et moi sommes tombés bien malades, et nous avons traîné notre toux et nos maux de gorge pendant 3 bonnes semaines.
Arrivée à Saigon, j'ai à nouveau super mal à la gorge, et sans pour autant vous raconter mon dossier médical il est vrai que j'ai la gorge très fragile, j'ai plusieurs fois par an soit des angines carabinées, soit des pharyngites.

Bref, là je sens que ça va pas, et je me doute que ça ne passera pas tout seul. Nous décidons donc d'aller voir un médecin. J'entends déjà des voix s'élever "il ne faut pas avoir peur pour aller voir un médecin au Vietnam dis donc!!". Mais non, rassurez-vous, d'abord c'est une ville qui compte un nombre certain d'expatriés du monde entier, et qui offre des soins médicaux de standards occidentaux, d'autant plus que les médecins là bas ont soit étudié en France, soit aux Etats-Unis.

Donc, nous trouvons un centre recommandé par l'Ambassade de France, et on est reçu par un médecin anglophone. Il me manque quelques mots de vocabulaire, mais on se comprend et après m'avoir oscultée le verdict tombe, c'est bien une pharyngite, et c'est bien infecté! Et hop c'est parti pour 8 jours d'antibiotiques et anti inflammatoires...

Le médecin met un terme à la consultation et m'invite à sortir pour remplir les papiers et me donner les médicaments. Mais Guillaume, qui au début lui avait dit "moi aussi je tousse, j'ai les bronches prises", lui court après pour lui demander de l'osculter lui aussi puisqu'il est malade!!

En 1 minute c'est réglé : diagnostic? "Tout va bien Monsieur, c'est rien du tout, buvez du thé au gingembre ça va vous faire du bien!!!" Ahahaha j'ai mieux compris pourquoi Guillaume n'était pas vraiment sûr de vouloir y aller malgré sa toux si douloureuse (hum hum)!
Enfin c'était marrant, comme quoi le gingembre c'est LE remède qu'il vous faut messieurs en toute circonstance. ;)

Merci Florence, le ridicule ne tuant pas, je finis humblement mon message... :)


Finalement Saigon, c'est sûrement plus ce que c'était : l'image du Saigon d'Indochine, c'est fini. Aujourd'hui, lors de la fête du Têt (nouvel an chinois), on peut voir à tous les coins de rue des décorations toutes de plus mauvais goûts les unes que les autres. Elles représentent le plus souvent de gros chats entourés d'enfants alors que c'est l'année du lapin, on n'a pas compris. Vous préférerez certainement la photo de droite. :)

Le bon côté de notre séjour à Saigon c'est que cela nous a permis de planifier notre voyage en Thailande qui n'était pas prévu (du moins pas complètement). Nous savons maintenant où nous allons aller! Ce sera le Nord-Ouest!

Les photos de Saigon sont disponibles par ici.

Un petit peu en retard vous trouverez quelques autres photos de Phu Quoc -------> Cliquez ici!!!

Bises d'Asie!

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire